Lever le doute grâce à un test de paternité


Depuis la nuit des temps, les problèmes de filiation constituaient des problèmes de société quasiment insolubles. En l’absence de dispositif fiable et scientifiquement prouvé, les juges ne pouvaient sortir de verdict véritablement objectif, ce qui ne leur permet pas de trancher définitivement sur le sujet. Depuis la découverte du test adn dans les années 1980, ils peuvent désormais prendre une décision avec tous les éléments en main puisque le test de paternité est fiable à 99,99 %.

En France, des milliers de personnes passent chaque année devant les tribunaux pour obtenir une autorisation d’effectuer un test de paternité. Il faut dire que seule une ordonnance du juge du tribunal de première instance permet à un père présumé de passer ce test afin de savoir si l’enfant est bien de lui ou non. Il s’agit d’une procédure longue et coûteuse, car il lui faut s’attacher les services d’un avocat. Mais si d’importants patrimoines sont en jeu, il est nécessaire de passer par ce moyen légal pour pouvoir toucher un héritage par exemple.

Les stars obligées de recourir au test de paternité

Les personnalités du showbiz, les sportifs renommés, et même les hommes et femmes politiques sont particulièrement touchés par des problèmes de filiation. En effet, ils constituent des cibles intéressantes pour des personnes en mal de publicités ou avides de gain et qui prétendent avoir eu des relations sexuelles avec eux. Et ces célébrités sont obligées de s’expliquer et de se justifier, pour finalement aller devant les tribunaux pour faire test ADN.

Par exemple, le célèbre rappeur Chris Brown a dû passer un test adn suite aux allégations de Nia, une de ses amies. Cette ex-mannequin de 31 ans a en effet prétendu que son bébé de 9 mois qui s’appelle Royalty est l’enfant de la star. Après ce test, cette dernière a dû reconnaître l’enfant et verser des pensions à sa mère.

Les autres célébrités ayant recours au test ADN

Même après sa mort, le célèbre chanteur Yves Montand a fait la une des journaux. La cause est qu’une personne a revendiqué qu’elle est l’enfant de la star. Comme des sommes importantes et un patrimoine conséquent sont en jeu, il a fallu passer devant les tribunaux afin que ceux-ci autorisent la pratique d’un test adn post-mortem. Le résultat est que l’individu en question ne pouvait être l’enfant du chanteur décédé. Cependant, l’agitation médiatique autour de cette affaire a permis de changer le régime légal concernant le test de paternité post-mortem.

Aux Etats-Unis, un inconnu a prétendu être le fils caché de Prince, après le décès de ce dernier en mai 2016. Il est vrai que les avoirs de la star se montent à des millions de dollars, aiguisant l’appétit de nombreux individus. Jusqu’ici, l’affaire est encore en cours, mais il est possible qu’un juge américain entre dans le jeu, et que ce dernier autorise un test de paternité post-mortem afin de connaître la vérité. Mais aussi bien Robert Kardashian que le roi du pop Mickaël Jackson sont également touchés par cette situation.