Du soutien à la dépendance vers un soutien à l’autonomie


monte personnes

Le problème de la dépendance touche plus d’un million  de personnes en France. On estime que dans 10 ans,  elle concernera environ  1 250 000 de personnes entraînant ainsi des coûts exorbitants pour l’Etat. Quelles solutions proposer pour faire face à ce problème de société ?

Une dépendance grandissante qui coûte cher

Avec le vieillissement de la population, la question de la dépendance s’est imposée comme étant un sujet politique et économique  prioritaire depuis les années 90. La perte d’autonomie concerne un nombre grandissant de personnes âgées ou à mobilité réduite qui se retrouvent dans l’incapacité d’assurer seul certains actes de la vie courante. Il existe aujourd’hui des solutions permettant d’être accompagné, mais cela coûte très cher.

C’est en 2002 que l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) a été mise en place pour les personnes dépendantes. Le nombre de bénéficiaires ne cesse de s’accroître entraînant ainsi des surcoûts importants pour l’État qui participe au titre de la solidarité nationale. Plusieurs milliards d’euros ! Voilà le montant des dépenses publiques consacrées chaque année  à la prise en charge de la dépendance.
Conséquence du vieillissement de la population, le coût de la dépendance devrait encore s’alourdir considérablement pour les finances publiques.

L’adaptation des logements, une solution concrète et économique

Il est donc question de faire évoluer ce soutien vers un soutien à l’autonomie en accordant par exemple des facilités de paiements, crédits d’impôt ou encore une TVA réduite de manière plus importante que par le passé. Ces derniers faciliteraient l’accès à l’adaptation des logements des PMR (monte-escalier, etc) qui ne seraient plus obligées d’entrer en maison de retraite.

Il faut donc œuvrer dans ce sens  et sensibiliser les personnes à mobilité réduite à leur futur maintien à domicile. L’installation d’un monte-personne entre dans ces financements. D’une part, ces derniers permettent à l’État de réaliser des économies et d’autre part, ils permettent aux PMR de rester dans le logement dans lequel elles vivent déjà. Une solution gagnant-gagnant qui a su faire des adeptes !