Comment faire du vin rosé ?


Nombreux sont les gens qui aiment déguster du vin rosé en été. Mais moins sont ceux pouvant expliquer l’obtention de la couleur particulière du vin rosé. Comment faire un vin rosé ? Voilà là une question assez pertinente à laquelle des réponses doivent être trouvées. Des réponses que vous offre cet article.  

C’est quoi un vin rosé ? 

Un vin rosé n’est en aucun cas ce que la plupart des gens pensent, en ce sens où il serait issu d’un mélange de vin rouge et de vin blanc. Comme tout vin, le vin rosé encore appelé le rosé a sa ou ses propres techniques de fabrication. Il se fabrique d’un ou plusieurs types de cépages venant de différentes régions. Le rosé subit une plus courte macération que le vin rouge, ce qui lui offre une couleur plus claire. 

A lire en complément : Le dispositif de sécurité de l'Euro 2016 est dévoilé

Combien de méthode pour faire du vin rosé ? 

La fabrication d’un rosé blanc se fait selon trois méthodes. 

1ere méthode

La première méthode est celle de la macération conduisant à la production d’un rosé appelé vin de rosé presse. Cette méthode consiste à ce que les cépages du vin rouge soient macérer ou laisser reposer au sein du jus sur une durée donnée (entre 2 et 20 heures environ). L’ensemble du jus est ensuite transformé en vin rosé. La macération donne le rosé le plus populaire et le plus vendu dans les régions telles que la Provence, le Languedoc-Roussillon, etc. 

Lire également : Téléphone portable : quelle meilleure protection pour les enfants ?

2e méthode

La seconde méthode est celle de la saigner. Le rosé de saignée y est issu. Pour y arriver, vous devez érafler, fouler et laisser macérer les raisins pendant une durée plus ou moins courte (8 à 24h). Au cours de la macération, le moût prendra couleur et aura plus d’arômes. Passez ensuite à la séparation du moût des petites parties solides, autrement dit saignez le moût. Laissez fermenter à une température que vous devez absolument contrôler. Soit entre 17 et 20°C. Après l’étape de fermentation alcoolique, vous devez sulfiter, clarifier et stabiliser le vin. Ceci vous permettra d’éviter une mauvaise fermentation alcoolique ou une seconde macération. 

3e méthode 

La troisième et dernière méthode est l’assemblage. Comme son nom l’indique, elle consiste à assembler le vin rouge et le blanc dans une cuve. Le mélange de ces deux couleurs donne une autre couleur qui est le rosé. Néanmoins, le vin rouge doit être moins que le vin blanc. Il est conseillé que le vin rouge soit alors à 5%. C’est une méthode moins utilisée pour la production de rosé tranquille, mais plus utilisée pour les vins mousseux tel le champagne.  

Cépages du vin rosé

Un vin rosé ne peut être issu que de raisins blancs d’où la nécessité de l’utilisation d’un cépage noir. C’est donc la peau de ce cépage qui lui donne sa couleur. Le pinot noir et gamay sont les cépages issus du Nord-Est. Ceux du Sud-Est sont le grenache, la syrah, le Carignan, le mourvèdre et le cinsault. Quant aux cépages du Sud-Ouest, il y a le malbec, le merlot, le cabernet franc et le cabernet sauvignon.