Santé

Assurance santé: les inconvénients

Obtenir une prise en charge d’une partie des coûts d’hospitalisation est possible via la souscription à une assurance santé. De ce fait en savoir davantage sur cette mutuelle et surtout ses limites, serait un véritable atout pour vous. Découvrez dans ce guide, ce qu’est une assurance santé et quels sont ses inconvénients.

Qu’est-ce qu’une mutuelle santé ?

Encore appelée complémentaire santé, l’assurance santé a pour but de compléter l’acquittement des frais de santé. Elle est offerte par les mutuelles et constitue donc un contrat. Son rôle est alors de garantir la couverture des besoins en dépenses sanitaires.

A lire aussi : Étude: séries télé et sommeil ne font pas bon ménage

S’agissant de la complémentaire santé obligatoire, chaque employé y souscrit au sein de l’entreprise. Et ce dans le but de répondre aux exigences de la mutuelle santé obligatoire mise en place par cette dernière.

Ainsi, en retour, le salarié bénéficie des garanties alléchantes et son employeur se chargera d’au moins 50% de ses apports. En plus, les contrats sont communs et favorisent une économie additionnelle pour l’employé. Retenez que c’est un atout offert aux travailleurs et mis en place par l’ANI.

A lire en complément : Quels soins pour traiter et soulager les hémorroïdes internes ?

Quels sont les inconvénients de la mutuelle santé pour les entreprises ?

Pour les sociétés, le premier inconvénient est le problème de financement de la participation à la cotisation. Et ceci, concerne essentiellement les petites entreprises ne disposant pas nécessairement de trésorerie.

En plus, les procédures sont parfois complexes, car l’assurance santé obligatoire engendre certaines démarches. Ces dernières peuvent aussi être exaspérantes. De plus, les TPE sont les premières à en être victimes. Puisque c’est d’elles que l’employeur tire son temps pour la réalisation des formalités administratives.

Les inconvénients de la complémentaire santé pour le salarié

Notez que pour l’employé, les apports que l’employeur verse, seront confrontés à l’impôt sur le revenu. Une autre limite consiste à ne pas obtenir un contrat répondant véritablement aux besoins particuliers.

Néanmoins, vous pouvez profiter d’options supplémentaires afin d’aboutir à une légère conformité du contrat à vos besoins. Notez que de manière fréquente, la cotisation des bénéficiaires, ne fait pas l’objet d’une participation par l’employeur. En plus la base des apports des ayants droits, est souvent plus importante que celle de l’employé.

Que risque l’employeur en cas de manquement à la mise place de contrat de complémentaire santé obligatoire

Notez que la loi du 14 Juin 2013 a planifié la généralisation de la couverture santé à tous les employés du secteur privé. De plus elle a établi une durée de négociation. Notez qu’à défaut d’entente entre les partenaires sociaux dans les branches professionnelles, l’employeur devra négocier avec le délégué du personnel.

En cas de non-aboutissement des négociations, le chef d’entreprise devra mettre en place une couverture santé collective. Il en est de même lorsque la structure compte moins de 50 employés.

Par ailleurs, retenez que le non-respect de cette loi, entraîne certaines sanctions telles que le redressement de l’URSSAF. L’autre sanction est la perte de certains avantages sociaux et fiscaux.

Les obligations en cas de dispense

En tant que nouveau salarié de la structure, vous devez faire face à la complémentaire santé obligatoire. En conséquence, aucun refus ne sera accepté sauf en cas d’exception.

Pour ce qui est de l’employé déjà en poste, il n’est pas contraint par l’assurance santé obligatoire. Lorsque celui-ci en manifeste le refus, le chef d’entreprise exigera le remplissage d’un document. Ce dernier stipulera qu’il y a proposition et rejet du contrat de mutuelle santé.

Notez qu’en tant que salarié, vous devez conserver ce document en cas de vérification. Retenez qu’il est aussi possible de revenir sur sa décision quelques mois plus tard et d’opter pour la souscription à la mutuelle santé.

Quels sont les différents types de limites en termes d’assurance santé ?

Sachez que la première est la limite annuelle. Celle-ci est le coût que l’assurance paie pour une année de souscription. Notez que ce montant est en dollars/euro ou en total de visites chez le professionnel de santé.

Retenez que le plafond cumulatif à vie, obéit au même principe sans limite de temps. Ainsi, l’assureur s’acquittera de tous les services couverts durant la durée de l’affiliation.