Les missions de l’IPJ


Les missions principales de l’IPJ se veulent être la mise en lumière des dysfonctionnements de la justice pénale en proposant des réformes pour les résoudre, la protection et l’information des citoyens ainsi que l’aide aux victimes comme à leurs familles. Ces trois grands axes s’articulent autour du même sujet, à savoir une justice plus équitable et plus protectrice envers les victimes.

 

A voir aussi : Les astuces des grands voyageurs d’affaires

Pour cela l’IPJ s’appuie sur trois grands principes :

 

A lire également : Et si vous passiez à la domotique pour faire baisser votre consommation d’énergie??

Les grands principes d’action de l’IPJ

 

–        Informer tout un chacun des problèmes que peut rencontrer la justice pénale dans son exécution et de leurs conséquences sur les condamnés comme sur leurs victimes. Ceci, dans le but d’engendrer ou de motiver une réforme de la justice, notamment par le changement de certaines lois.

–        Soutenir les victimes de préjudices moraux et/ou physiques, tout comme leur entourage, face à la complexité de la justice française et aux différentes confrontations requises lors de parcours judiciaires. La prise en compte des victimes par la justice n’est en effet pas toujours réalisée de façon idéale par les acteurs de la vie judiciaire. L’IPJ permet une plus grande écoute, un soutien moral sans limite et parfois même un soutien matériel lorsque cela est nécessaire et possible. Il arrive également que l’association aide les victimes à prendre et/ou à défendre leurs positions face aux pouvoirs publics sans être submergées.

–        Proposer des réformes constructives et réalisables à court ou moyen terme aux pouvoirs publics et aux élus et ce, par exemple, par le biais des médias ou de rencontres.

 

Un état d’esprit tourné vers l’action

 

Les missions de l’IPJ vont toutes dans le même sens informatif et révélateur pour les citoyens. Pour une justice plus transparente et équitable mais sans être utopiste.

Le but premier de l’IPJ n’est en effet pas d’entrer en confrontation avec les pouvoirs publics mais de travailler à leurs côtés afin d’aider à une meilleure compréhension entre les parties, ainsi qu’un plus grand respect des droits et des devoirs de chacun.