Après les panneaux photovoltaïques, la peinture solaire?


Après les panneaux photovoltaïques, la peinture solaire?

Et si l’on vous disait qu’il est possible de transformer une habitation tout ce qu’il y a de plus traditionnelle en une véritable source d’énergie propre rien qu’en… la repeignant? Intrigué(e)? On vous en dit plus. 

Peinture et énergie verte

D’éminents scientifiques australiens, issus de l’Institut royal de technologie de Melbourne (RMIT), ont récemment créé de toute pièce une peinture aux propriétés étonnantes. Cette dernière permettrait ni plus ni moins que de créer de l’énergie verte. Explications.

S’il est un composant au centre de toutes les attentions dans cette histoire, c’est le molybdène synthétique. Le molybdène synthétique, qu’est-ce que c’est? Il s’agit en réalité d’une substance agissant de la même manière que le gel de silice, gel que nous avons d’ores et déjà tous rencontré un jour (rappelez-vous ces petits sachets blancs, disposés au fond des boites, dont la mission est d’absorber l’humidité ambiante).

Ce composant, combiné à de l’oxyde de titane et aux constituants habituels d’une peinture classique, permettrait d’absorber énergie solaire et humidité, lui conférant des propriétés semi-conductrices pour ensuite fractionner des atomes d’eau en atomes d’hydrogène et d’oxygène. Dans la pratique, l’hydrogène alors recueilli pourrait alors alimenter des piles à combustible en vue, par exemple, de recharger des véhicules électriques. Recharger sa voiture gratuitement et proprement à l’aide de la peinture de sa propre maison, voilà une innovation aussi amusante qu’étonnante, non?

Cette peinture, que l’on imagine ici appliquée sur la façade d’une maison, ne se cantonne toutefois pas à nos habitations puisque le processus fonctionne dans la mesure où la surface est au contact avec de l’humidité et du soleil. De nombreuses autres surfaces s’avèrent sont donc compatibles.

En effet, selon le professeur Kourosh Kalantar et le docteur Torben Daeneke, à l’initiative des recherches, “n’importe quel endroit où l’air contient de la vapeur d’eau, même reculé, pourra produire de l’énergie”. Les zones insuffisamment lumineuses, non éligibles à la pose de panneaux photovoltaïques, par exemple, feront toutefois très bien l’affaire pour cette peinture solaire hors du commun.

5 ans de recherche et développement supplémentaires

Si la peinture n’est pas encore commercialisable en l’état, les chercheurs estiment qu’elle pourra être produite en grandes quantité d’ici 5 ans. En ce qui concerne son prix, ces derniers assurent qu’il sera bon marché.

Quoi qu’il en soit, les innovations semblent chaque jour plus impressionnantes qu’hier. Chacune d’elle apporte sa pierre à l’édifice. Rendez-vous dans cinq ans pour constater les effets de cette peinture solaire révolutionnaire! Qui sait, peut-être bientôt serons-nous totalement autonomes en énergie…?