Êtes-vous prêt à devenir auto-entrepreneur ?


Devenir auto-entrepreneur est une alternative qui séduit de plus en plus de travailleurs. Comparé au statut d’employé, le travail indépendant présente une longue liste de défis qu’il faut relever même pour ceux qui sont préparés. Voici un petit guide pour vous aider à entrer plus facilement dans l’univers de l’entrepreneuriat.

Quelles sont les démarches administratives à suivre pour devenir auto-entrepreneur ?

Depuis 2016, la dénomination auto-entrepreneur a été abandonnée pour laisser place à l’expression micro-entrepreneur. Cela a permis d’alléger les démarches administratives.

A lire en complément : Tout savoir sur eToro : une plateforme de trading accessible à tous

Les conditions pour devenir autoentrepreneur

Pour bénéficier du statut d’auto-entrepreneur ou de micro-entrepreneur, vous devez être majeur. Vous pouvez adhérer au statut de micro-entrepreneur en complément d’une autre activité légale. Ainsi, vous pouvez être fonctionnaire, salarié ou retraité et créer une micro-entreprise pour arrondir vos revenus.

Il faut souligner que si vous travaillez dans la fonction publique, vous devez réclamer une autorisation à l’administration de tutelle. Vous pouvez essuyer un refus si les autorités estiment que votre métier de micro-entrepreneur peut porter atteinte à la dignité de votre fonction ou si vous êtes perturbé dans votre service.

Lire également : Pourquoi faire un bilan social de son entreprise ?

Si vous êtes chômeur, vous pouvez profiter de ce dispositif et continuer à percevoir des allocations pendant la phase préparatoire. Puis, une fois que l’entreprise est lancée, vous pourrez, sous certaines conditions, recevoir une partie des allocations chômage. Vous pouvez également bénéficier d’une exonération de vos cotisations sociales.

Comment s’inscrire en tant qu’auto-entrepreneur ?

Les formalités pour devenir auto-entrepreneur sont rapides et simples. La procédure se fait en ligne.

Vous devez vous inscrire sur le portail du gouvernement dédié au micro-entrepreneuriat. Vous devez remplir un formulaire en ligne de déclaration d’activité spécifique. Il s’agit du formulaire Cerfa P0 ou P0 Micro-Entrepreneur. In convient de fournir des informations sur votre état civil, l’option choisie pour le versement des cotisations, le lieu de domiciliation de l’activité, etc.

Vous y joindrez un justificatif d’identité au moment d’envoyer le fichier. Un premier accusé de réception vous sera envoyé par mail. Il vous informe que votre dossier a bien été reçu. Ensuite, l’Insee vous enverra un courrier avec votre numéro SIREN. Il faut préciser que l’inscription en ligne est en fait une étape obligatoire.

Une autre solution consiste à se rendre auprès du Centre de Formalités des Entreprises le plus proche de vous. Vous leur adresserez le formulaire d’inscription que vous aurez téléchargé à partir du portail officiel des micro-entrepreneurs. Vous pouvez envoyer le formulaire par la poste ou en vous déplaçant.

Le CFE peut changer selon la nature de votre activité. Ainsi :

  • si vous exercez une activité commerciale, il s’agit de la CCI (chambre de commerce et de l’industrie),
  • si vous êtes un artisan, il s’agit de la chambre de métiers et de l’artisanat (CMA),
  • s’il s’agit d’une activité libérale, vous devrez vous adresser à l’URSSAF (Unions de recouvrement des cotisations de sécurité sociale et d’allocations familiales),
  • un agent commercial doit se tourner vers le Greffe du tribunal de commerce le plus proche.

Inscription en ligne micro-entrepreneur

Les aides à la création d’une micro-entreprise

En tant que micro-entrepreneur, vous pouvez avoir accès à deux dispositifs d’aides. Ils permettent de verser les allocations chômage sous forme de capital ou alors de bénéficier d’une exonération des cotisations sociales.

L’aide aux créateurs ou repreneurs d’entreprises (ACRE)

Cette aide publique permet de bénéficier d’une exonération de cotisations sur une période de 12 mois. Depuis la loi de finances 2020, cette aide s’adresse aux créateurs et aux repreneurs d’entreprise éligibles à l’ancienne Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise (ACCRE). Elle concerne également les micro-entrepreneurs qui sont domiciliés dans une zone urbaine sensible.

L’aide à la reprise ou à la création d’entreprise (ARCE)

Cette aide permet de recevoir une partie de vos allocations chômage sous forme de capital. Cette aide est versée en deux tranches et vous permet de recevoir 45 % du reste de vos droits aux allocations chômage. Cela peut être très avantageux si vous avez besoin de fonds dès la création de l’entreprise. La demande doit être formulée auprès d’une agence Pôle emploi.

Quels métiers pouvez-vous exercer en tant qu’auto-entrepreneur ?

En tant qu’auto-entrepreneur, vous pouvez exercer une activité :

  • commerciale (vente de produits par exemple),
  • artisanale (peintre, charpentier, maçon, pâtissier),
  • libérale (conseil, avocat, etc.).

Il existe quelques activités qui sont exclues du régime fiscal du micro-entrepreneur. Il s’agit des activités qui relèvent de la TVA immobilière, des locations d’immeubles, les métiers de location de biens de consommation durables, etc.

Pour exercer certains métiers, vous devez avoir une qualification. C’est le cas notamment si vous souhaitez exercer une activité artisanale dans les secteurs de l’alimentaire, du bâtiment ou de la coiffure. Généralement, vous devez avoir un CAP ou un diplôme équivalent.

Quelles sont les qualités d’un bon auto-entrepreneur ?

Être un micro-entrepreneur demande un certain nombre de qualités.

La flexibilité

Si vous devenez micro-entrepreneur, vous n’avez plus un seul emploi avec des tâches clairement identifiées. Par nécessité, les micro-entrepreneurs ont une multitude de responsabilités au cours de leurs premières années d’activité. Vous devez être prêt à vous charger de plusieurs tâches comme la prospection, la comptabilité, l’accueil des clients, la rédaction des correspondances officielles, etc.

Alors que les salariés sont habitués à avoir des journées remplies de tâches relativement prévisibles, les indépendants ne bénéficient généralement pas de ce genre de régularité. Vous pouvez être soumis à des crises imprévues.

Lorsque vous êtes dans la phase de démarrage d’une entreprise, vous ne pouvez pas transférer toutes vos responsabilités à une autre personne. En tant que propriétaire d’entreprise, c’est vous qui devrez faire face à tout ce qui se présente pendant la journée de travail, et les gens se tourneront vers vous pour résoudre les problèmes.

Avoir le sens des relations humaines

Si vous créez une micro-entreprise, vous devrez conclure des ventes par vous-même. Il peut s’agir d’une petite commande auprès d’un nouveau client ou d’une opportunité importante.

Pour décrocher l’une ou l’autre de ces opportunités, vous devez avoir le sens des relations humaines. Vous devez être en mesure de négocier directement avec vos clients sans passer par un entrepreneur. Il faut savoir faire preuve de respect sans être obséquieux et savoir convaincre son vis-à-vis.

Relation humaine

Aimer le goût du risque

Le chiffre d’affaires et les bénéfices d’une micro-entreprise peuvent fluctuer radicalement d’un mois à l’autre, et pour quelqu’un qui a l’habitude de recevoir un salaire chaque mois, l’incertitude liée au statut d’indépendant peut être trop difficile à gérer.

La plupart des propriétaires de micro-entreprises ne sont pas toujours préparés aux défis qui les attendent.

En tant qu’auto-entrepreneur, rien ne garantit que les produits ou services que vous proposez auront du succès dans six mois, que vos clients paieront leurs factures à temps. Même si vous avez un gros client, qui fréquente régulièrement votre entreprise et semble parfaitement satisfait de votre travail, il peut vous laisser tomber sans préavis pour se tourner vers la concurrence.

Savoir se fixer des objectifs

Si vous voulez devenir un travailleur indépendant, vous devez développer une expertise dans la fixation d’objectifs à court et à moyen terme.

L’une de vos premières tâches sera d’élaborer un plan d’affaires, mais au fur et à mesure que votre entreprise deviendra opérationnelle, vous constaterez probablement que cette stratégie initiale doit être ajustée. La fixation d’objectifs vous permettra de vous assurer que, malgré les itérations et les improvisations, votre entreprise reste fidèle à ses objectifs initiaux.