Le crowdfunding est-il un moyen de financement efficace ?


Pour mettre en place des projets innovants ou méconnus, le crowdfunding se présente comme une forme de financement intéressante. D’abord restreint aux sphères artistiques, cette pratique s’est progressivement étendue au monde de l’entreprise, puis sur le marché du logement avec l’essor de plateformes participatives telles Homunity.

Dans quelle mesure cette solution est-elle efficace ? Vous trouverez quelques éléments de réponse au fil de cet article.

Aux origines du phénomène : la musique, le cinéma, les œuvres vidéoludiques

Les premières plateformes de financement participatif ont avant tout concerné le milieu artistique. On peut penser à Kickstarter, qui a permis de faire aboutir de nombreux projets de ce genre. Le principe est simple : une communauté de particuliers appréciant le style et les œuvres de l’artiste en question participe à une levée de fon.

En France, l’un des exemples les plus célèbres et celui du chanteur Grégoire, révélé par la plateforme My Major Company. Plus d’informations en cliquant ici.

Lorsque celle-ci est complète, le projet peut alors être lancé, et mené à son terme. Il peut s’agir de crowdfunding sous forme de don. Dans ce cas, les contributeurs se contentent d’aider l’artiste à produire son CD, son jeu vidéo ou son long métrage, par exemple.

Mais cette pratique peut aussi revêtir la forme du don contre don, auquel cas à l’issue du projet, un exemplaire d’album musical ou de film peut être expédié aux participants.

Financement participatif dans le monde de l’entreprise

C’est sur ce principe que le crowdfunding s’est étendu au monde de l’entreprise, et ce sous deux déclinaisons. La première est le crowdequity, qui permet aux investisseurs de financer des start-ups dont ils prévoient une grande capacité de développement et de bénéfice.

Cette solution présente l’avantage de permettre aux jeunes pousses de mieux s’en sortir face à leurs premières années d’existence, qui sont toujours les plus difficiles. En effet, de nombreuses activités cessent d’exister dès les premières années. Grâce aux apports fournis par le crowdlending, elles peuvent assumer les obstacles qui se dressent sur la voie de leur développement.

La seconde option s’appelle le crowdlending. Le principe est semblable, à ceci près qu’il concerne avant tout les TPE et les PME qui souhaitent poursuivre leur développement.

Grâce à la participation de multiples investisseurs, les dirigeants peuvent investir dans du matériel neuf ou bien développer un nouveau produit. C’est une solution très appréciée par de nombreux petits commerces de proximité, qui peuvent ainsi bénéficier de l’apport des investisseurs désireux de soutenir leur économie locale.

Crowdfunding immobilier : pour mettre en place des projets de construction

Depuis quelque temps, le crowdfunding connaît un véritable essor. Cette forme de financement permet à de nombreux promoteurs de compléter leur apport personnel. De cette manière, ils sont en mesure d’obtenir des crédits à taux intéressant de la part des banques. Une solution semblable au prêt entre particuliers évoqué sur 123immo.

Cette pratique leur permet également de diversifier leurs chantiers. A la fin de ces derniers, les logements construits sont vendus, et la somme est répartie entre les contributeurs en fonction du montant investi par chacun d’entre eux.

De leur côté, qu’ils soient petits épargnants ou gros portefeuilles, les sommes investies rapportent autour de 10% de la mise initiale, et ce à court terme. Le risque étant limité, il va sans dire que de nombreux contributeurs sont de plus en plus attirés par cette forme de financement.

De fait, les promoteurs ont là un outil formidable pour exercer leur profession et financer leurs projets. S’il ne permet pas de s’émanciper complètement des établissements bancaires, il offre toutefois une vraie possibilité de diminuer le coût de l’emprunt.