Traduction automatique: les pour, les contre


Traduction automatique: les pour, les contre

La traduction automatique ne cesse de faire parler d’elle. Si elle marque de notables avancées, il lui reste toutefois de très gros progrès à réaliser. Explications. 

Innovations récentes

Peut-être avez-vous récemment entendu parler de Ili, un traducteur instantané portable. Son ambition? Briser la barrière de la langue. Tout un programme! Ili est un boitier blanc relativement compacte puisqu’il est plus petit qu’un smartphone. Il est équipé d’un cordon et se porte à la manière d’un collier. Au sein d’Ili, un système d’exploitation ultra perfectionné permettant en temps réel une traduction vocale d’une langue à une autre. Magique? Technologique! Ili est le fruit de l’imaginaire de Logbar, une firme japonaise. À l’heure actuelle, Ili est loin de maîtriser toutes les langues du monde mais entend bien s’y frotter d’ici peu.

A voir aussi : Comment créer un fichier de transcription ?

Gboard, le clavier interactif de Google, s’est il n’y a pas très longtemps doté d’une nouvelle fonctionnalité puisque Google Traduction vient de lui être intégré. Gboard permet désormais à deux personnes ne communiquant pas dans la même langue de se comprendre sans transiter par une quelconque application de traduction. Dans la pratique, il vous suffit donc de taper ce que vous souhaitez dire dans la langue que vous maîtrisez pour que le texte se voit immédiatement traduit dans la langue de votre correspondant. Prometteur, non?

Oui, mais…

Quelques années en arrière, de tels gadgets auraient davantage relevé de la science fiction que de la réalité. Nous sommes en train de réaliser de nombreux pas de géants en la matière.

A voir aussi : Quel avenir pour les imprimantes 3D ?

Cependant, la marge de progression demeure conséquente. En effet, si ces inventions se révèlent être utiles, elles n’en sont pas moins sujettes aux erreurs.

Pour exemple, Google Traduction. Si l’outil permet de traduire du texte en une autre langue, la traduction n’en reste pas moins sommaire… En effet, mieux vaut ne pas trop s’attacher aux détails ni s’intéresser aux nuances. Erreurs grammaticales et fautes d’accords sont également fréquentes.

En d’autres mots, s’il convient de remarquer les nombreuses progressions en la matière, espérons que la technologie nous permette d’aller plus loin à l’avenir.

Qui sait, demain sera-t-il possible de se faire comprendre aux quatre coins du monde sans pour autant avoir eu à en passer par la case apprentissage? De tels progrès faciliteraient notamment grandement les communications internationales.

En attendant, les interprètes et traducteurs ont encore de nombreux jours devant eux. Il est, à l’heure actuelle du moins, impensable de voir deux personnalités politiques échanger au départ d’Ili, par exemple.

Des traductions aussi importantes que celles ayant trait au monde médical ne peuvent avoir été réalisées au départ de gadgets.

Bref, ces innovations restent aujourd’hui cantonnées à l’état de gadget. Jusqu’au jour ou… 🙂