Qu’est-ce que le management participatif ?


Dans le monde de l’entreprise et du travail, il existe plusieurs types de management. Un manager ou un dirigeant peut adopter diverses attitudes en fonction des besoins de l’entreprise mais aussi en fonction de son propre ressenti vis-à-vis des collaborateurs et de l’équipe. On vous parle aujourd’hui en détails des principes du management participatif.

Définition du management participatif

Le management participatif fait partie des 4 types de management qui existent actuellement dans le domaine de l’entreprise et du travail. À côté du management directif, du management persuasif et du management délégatif, le style de management participatif se démarque par ses spécificités modernes.

A lire aussi : L’avenir des établissements publics est-il compromis par l'émergence des centre des formation privés ?

Ce type de management est basé sur la participation des collaborateurs de l’entreprise. Ceci s’applique à la prise de décision tout comme à la conduite et à la réalisation de projets. Le management participatif se base avant tout sur une relation de confiance entre le manager ou le dirigeant, et ses collaborateurs.

Principes d’un management participatif

Le management participatif possède de nombreuses caractéristiques qui sont en réalité des principes qui font évoluer à la fois l’entreprise, son dirigeant et ses collaborateurs.

Lire également : Effectuez un beau séjour écotourisme en Ile de Ré

Ce type de management peut être vu comme une version adoucie d’un management plus persuasif. C’est avant tout une stratégie de management qui est destinée à servir les intérêts de l’entreprise, comme tout type de management.

En quoi se caractérise le management participatif ?

  • Le sentiment d’appartenance au groupe est fortement mise en avant ;
  • Une politique active de développement est en place (R&D, notamment) ;
  • Le pouvoir du dirigeant est délégué, tout comme dans le style de management délégatif, mais à une échelle moins importante ;
  • Les collaborateurs de l’entreprise jouissent d’une grande marge de manœuvre dans leur participation ;
  • Les collaborateurs sont encouragés à apporter des idées, des innovations, leur pierre à l’édifice ;
  • Cette technique managérial favorise la responsabilisation des salariés et l’évolution constante des méthodes de travail ;
  • Une certaine liberté et une latitude dans le quotidien de travail sont appréciables par les salariés ;
  • Les compétences collectives sont aussi importantes que les compétences personnelles ;
  • Les tensions entre collaborateurs sont censées diminuer avec le management participatif en favorisant la maîtrise de soi ;

La démarche participative en entreprise implique également la mise en place de groupes de travail. Les collaborateurs salariés sont fortement encouragés à exprimer le fond de leur pensée dans un but d’exploitation des apports innovants (intelligence collective).

Une culture d’entreprise

En termes de communication, le management participatif est sans doute le plus ouvert au dialogue entre les collaborateurs et leur manager. Bien sûr, la théorie et la pratique peuvent différer mais ces directions sont généralement saines et bienveillantes.

Par ailleurs, dans ce type de management, le manager ne s’implique pas de la même manière. Il s’efface afin de laisser la place aux individualités. Il s’agit là d’une vraie culture d’entreprise, construite dans le respect théorique de chaque collaborateur, au sein d’une égalité des chances acceptée comme principe fondamental.

Feriez-vous un bon manager participatif ?

Un bon manager participatif doit posséder des traits de caractère compatibles avec ce style de management.

  • Un manager participatif sait moins s’impliquer et donner de la place à chacun : il sait donc déléguer ;
  • Il est charismatique et sait “motiver les troupes” avec une bonne force de persuasion ;
  • Un manager participatif sait être cordial, respectueux et lucide dans la remise en question ;
  • Il sait aussi choisir les bonnes personnes pour les bonnes missions, notamment en ce qui concerne l’autonomie de travail ;
  • Il sait reconnaître la valeur de chacun et mettre sincèrement en avant les initiatives de chacun ;
  • Enfin, le manager participatif est honnête et sait rendre à César ce qui lui appartient.

Quels avantages et quels inconvénients dans le management participatif ?

Bien sûr, comme dans tout style de management, il existe des avantages et des inconvénients ou des limites.

Avantages du management participatif

L’équipe de collaborateurs (ou les diverses équipes) sont stimulées. Dans la lignée des théories de l’empowerment, le management participatif est tout simplement bon pour le moral… s’il est bien appliqué.

En théorie, les résultats de l’entreprise sont nettement plus convaincants. Une émulation collective et un enthousiasme sont palpables au sein des équipes. Le sentiment d’appartenance peut amener à vouloir atteindre des objectifs communs.

Encore une fois, en théorie, les arrêts maladie et l’absentéisme peuvent être réduits par un tel style de management. Les collaborateurs sont plutôt proactifs et à la recherche de la collaboration. Les réticences sont résorbées, ce qui peut aussi représenter un inconvénient, dans le fait de savoir dire “non” à une mission non adaptée.

Techniquement, le transfert de compétences est plus fluide et le partage d’informations est transparent au sein de l’entreprise grâce au management participatif.

Limites et inconvénients

Tout le monde n’est évidemment pas réceptif au management participatif. Pour certains collaborateurs, d’importantes doses de stress peuvent être générées par le sentiment de ne pas être à la hauteur des attentes du dirigeant.

La culture d’entreprise en place peut être tellement présente qu’elle finit par inhiber le potentiel d’un salarié non réceptif au management participatif.

Comme nous le disions, si certaines réticences sont résorbées, elles peuvent aussi favoriser un mal-être au travail si le collaborateur n’est pas en mesure de pleinement participer à l’émulation collective. Cette émulation peut parfois cacher certaines tensions, et ce, malgré les efforts et les mesures mises en place pour favoriser la communication.

Par ailleurs, la limite entre réussite individuelle et réussite collective n’est pas clairement définie dans le style de management participatif.

Choisir le management participatif ?

Le management participatif doit se choisir en connaissance de cause. Le système doit bien sûr être bien rodé afin de convenir à chaque collaborateur. Un accompagnement doit être mis en place afin de bien faire comprendre aux salariés la nature, le but et les avantages du management participatif, dès leur arrivée.

Les promesses sont à proscrire, car si le management participatif possède de nombreux avantages, il peut aussi avoir ses limites et devenir désastreux s’il est mis en place hâtivement par l’entreprise.

Et l’image de marque ?

Performance, transparence, dialogue… Sur le papier, comme tout style de management, le management participatif est un style à adopter. Cela dit, au XXIe siècle, le management évolue. De nombreuses entreprises optent pour ce type de stratégie managériale avant de peser le pour et le contre et de jauger la faisabilité du projet. L’image de marque de l’entreprise est souvent en cause.

Il est donc conseillé, avant de lancer un tel projet de refonte de stratégie de management, de se faire conseiller par des professionnels du domaine du management.

Les aspects psychologiques de cette approche seront abordés et vous saurez si oui ou non le style de management participatif est adaptable à votre personnalité et à votre entreprise, en fonction de votre secteur d’activités et de vos collaborateurs.

Créativité, enthousiasme et liberté d’action

Le style de management participatif est parfait dans une entreprise où les collaborateurs aiment se donner à 100 %. Le sentiment d’appartenance est fort, l’entreprise et les collaborateurs grandissent ensemble et s’encouragent.

Il ne fait pas perdre de vue que le secret d’un excellent management, au-delà de toutes les théories, réside dans une force de perspicacité et une lucidité constante la part du manager. Il doit rester adaptable afin de proposer les bonnes solutions au bon moment s’il perçoit un dysfonctionnement dans son style de management.