Crédit immobilier et Europe: quelques disparités


Crédit immobilier et Europe: quelques disparités

Le 16 mai 2017, pour la cinquième année consécutive, le Crédit Foncier a publié le bilan de santé du crédit immobilier au sein de l’Union européenne. Constatations. 

Statistiques

Vous détestez le bla-bla? Vous souhaitez connaître ce qu’il est ressorti de cette étude en quelques lignes seulement? Voici le résumé en plusieurs statistiques:

  • Fin 2016, les encours de crédits immobiliers souscrits par les ménages européens s’élevaient à 6.150 milliards d’euros;
  • En 2016, l’immobilier représentait 88% des encours de crédits souscrits par les particuliers au sein de l’Union européenne;
  • À la clôture de 2016, les encours de crédits immobiliers s’élevaient à 40.670€ par ménage propriétaire, soit une hausse de 3,1% comparativement à l’année précédente;
  • L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la France, le Luxembourg et les Pays-Bas, soit les 6 pays d’Europe du Centre-Ouest représentent 45% des encours de crédits immobiliers pour 37% de la population européenne;
  • Les pays les plus endettés sont issus de l’Europe du Nord (Danemark, Finlande, Irlande, Royaume-Uni et Suède). Ils représentent 34% des encours de crédits immobiliers en Union européenne pour seulement 18% de la population européenne;
  • L’Europe du Sud est moins endettée: Chypre, l’Espagne, la Grèce, l’Italie, Malte et le Portugal représentent 18% des encours de crédits immobiliers pour 26% de la population européenne.
  • Ce n’est toutefois rien en comparaison de l’Europe de l’Est: 3% des encours de crédits immobiliers pour 20% de la population européenne.

Remarque: un encours désigne le solde comptable d’un compte d’épargne, d’un prêt, de stock, etc. après comptabilisation des entrées et sorties.

D’importantes disparités

Si les encours de crédits immobiliers sont en hausse de 3,1% comparativement à 2015, la hausse est plus importante encore si l’on se penche sur les cinq années précédentes: +9%.

Il ressort toutefois de ces quelques statistiques une forte disparité concernant le recours au crédit en fonction des différentes zones européennes.

En outre, si le baisse des taux d’intérêts a été importante, tous les ménages n’ont pas pu en profiter de la même manière.

L’Espagne et l’Italie, par exemple, ont connu une baisse des prix immobiliers et ont pu jouir d’un pouvoir d’achat supérieur: + 53% en Italie et + 84% en Espagne.

Le Royaume Uni et l’Allemagne, en revanche, ont connu une hausse des prix immobiliers, ce qui a eu comme répercussion de gommer, du moins en partie, la capacité d’endettement complémentaire obtenue grâce à la baisse des taux d’intérêt.

Vous souhaitez investir dans une seconde résidence à l’étranger? Vous désirez acheter une maison en Espagne? Vous offrir un pied à terre aux Pays-Bas? Cette étude, réalisée par le Crédit Foncier, devrait dès lors vous intéresser.