Présidentielle : faut-il sortir du nucléaire ?


En pleine présidentielle, le débat sur le nucléaire bat encore son plein et plusieurs personnes pensent qu’il faudrait entamer un processus de sortie du nucléaire. Cependant, si l’on sait que ce secteur occupe environ 70% de la production énergétique en France, la tache risque d’etre difficile pour le futur gouvernement.

Un secteur en pleine crise de confiance

Après les dernières révélations sur les dysfonctionnements de l’usine d’Areva du Creusot, responsable de la fabrication d’équipements destinés au réacteur EPR, la filière nucléaire est toujours au centre des débats d’actualité et surtout au centre de l’attention des différents candidats pour la présidentielle. En effet, deux d’entre eux prônent clairement la sortie du nucléaire sur le moyen terme. Selon les chiffres disponibles, il s’agit d’un scénario qui coûterait à la France la somme de 217 milliards d’euros. Une perte inadmissible à raison de 10 milliards d’euros par an. Il faut dire que la situation du nucléaire en France est très préoccupante. En effet, une vingtaine de réacteurs étaient récemment à l’arrêt pour contrôles en vue d’une certification établissement nucléaire. D’ailleurs, la société Française d’énergie nucléaire (SFEN) a récemment publié un livre blanc à l’attention des différents candidats à la présidentielle.

Le débat sur la fermeture de la centrale de Fessenheim

Selon François Fillon, la fermeture de la centrale de Fessenheim n’est pas nécessaire et aurait même des effets néfastes sur la production énergétique de la France. Il estime surtout que le nucléaire est une « richesse française » qu’il faudrait préserver. Tout laisse croire alors que François Fillon se positionne comme un fervent défenseur de la filière nucléaire en France.

Pour Benoit Hamon, l’objectif est d’obtenir la fermeture des toutes les centrales nucléaires en fin de cycle. Le candidat du PS s’est en effet rallié à l’écologiste Yannick Jadot, celle-ci étant favorable à une sortie du nucléaire d’ici 2050. Il propose surtout de réduire la part du nucléaire à 50 % d’ici 2025.
Pour Emmanuel Macron, le fait d’avoir plus de 70% de part de production énergétique dédié au nucléaire n’est pas une bonne chose. En effet, ceci rend la France particulièrement dépendante de la filière nucléaire et ceci est à exclure. Il propose aussi une nette réduction de la part du nucléaire d’ici 2025.
Contrairement à Marine LePen qui assure que le nucléaire est une des sources d’énergie les plus sures et les moins polluantes, Jean-Luc Mélenchon estime qu’il faut absolument sortir du nucléaire, car c’est dangereux.