Tout ce qu’il faut savoir sur la surjeteuse


surjeteuse

Dans le domaine de la couture, il n’y a pas que la machine à coudre et la paire de ciseaux. Un autre outil est indispensable pour avoir un résultat parfait. Il s’agit de la surjeteuse. Dans cet article, nous allons vous partager toutes les informations nécessaires sur cet appareil.

surjeteuse

A découvrir également : La dépendance, comment lutter contre l’alcoolisme ?

La surjeteuse, kézako ?

Une surjeteuse est une machine à « coudre ». Cependant, elle est différente de la machine à coudre classique que tout le monde connaît. Cette dernière est appelée piqueuse plate.

La surjeteuse est dotée de 2 aiguilles et de 2 à 4 bobines selon le modèle. À 5 bobines, il s’agit d’une recouvreuse.

A lire aussi : Parler anglais pour s'installer dans un pays anglophone

À quoi sert-elle ?

Comme son nom l’indique, une surjeteuse sert à surjeter les bords des tissus. Mais qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Vous avez peut-être remarqué qu’après avoir coupé un tissu, les bords s’effilochent. Si vous les laissez comme ça, votre tissu va très vite s’abîmer.

Et c’est là que la surjeteuse intervient. Elle va réparer ces bords. En fait, cette machine va rendre les bords plus droits en les coupant légèrement. Puis, elle va venir faire un point de couture. Ceci étant pour bien refermer ces bords.

Ce n’est pas tout, vous avez également la possibilité d’assembler les côtés de vos vêtements directement avec cet appareil.

Avec cette machine, vous ne devrez plus avoir peur de coudre les tissus extensibles comme le jersey ou le molleton. Certes, avec une piqueuse plate, cela s’avère difficile et la couture n’est pas des plus réussies. Mais, grâce à la surjeteuse, le résultat est excellent et la couture est très résistante.

Les différents points utilisés avec cette machine

Avec une surjeteuse, vous pouvez réaliser différents points de couture.

Premièrement, il y a le point de chainette. Il s’agit d’un point droit sur l’endroit de la couture, mais aussi d’un point de broderie sur l’envers.

Vient ensuite le flatclock. Ce point permet une couture « à plat ». C’est-à-dire que vous pouvez coudre 2 morceaux de tissu bord à bord. Il est à noter que le flatlock et le point de chainette sont des points de couture décoratifs.

L’ourlet roulotté, également appelé ourlet roulé, 3 ou 2 fils sert à faire un ourlet très étroit. Le bord du tissu est légèrement replié sur lui-même. Avec ce point, le rendu de bordure des tissus assez fins est très esthétique.

Pour des finitions propres des tissus fins ou des cotonnades, le point de surjet 3 ou 2 fils est l’idéal. Il permet un surfilage propre des bords. Cela sans assembler 2 pièces de tissus entre elles.

Et pour terminer, l’overlock ou le surjet 4 fils. C’est le point le plus utilisé avec une surjeteuse. En un seul passage, vous arriverez à coudre et à surfiler les bords des tissus.

surjeteuse

Les modèles de surjeteuses

Chaque modèle de surjeteuse se distingue par le nombre de bobines de fil qu’il utilise. Pour information, les bobines de fil sont aussi appelées cônes.

Il y a d’abord la surjeteuse à 3 fils. Vous ne pourrez que surfiler, et non coudre, avec. De plus, cette surjeteuse n’est pas faite pour les tissus extensibles. Mais, vous aurez droit à une finition bien soignée.

La surjeteuse à 3 et 4 fils a la capacité de travailler les tissus extensibles tels que le jersey. Assemblage, coupe et surfilage des tissus sont réalisables en même temps avec cet appareil.

Puis, il y a la surjeteuse connue pour sa polyvalence. Il s’agit de la surjeteuse à 2, 3 et 4 fils. C’est la meilleure surjeteuse si vous voulez varier vos finitions. En effet, elle permet de réaliser les points de couture 2 fils, 3 fils ou 4 fils.

Qu’est-ce qui la différencie d’une machine à coudre ?

Il faut avant tout noter que la surjeteuse ne remplace pas la machine à coudre classique. Elles sont complémentaires.

Effectivement, le rôle d’une machine à coudre est de coudre. Mais, une surjeteuse est faite pour assembler et surfiler, elle est alors plus axée vers la finition. L’assemblage ici c’est pour les matières élastiques, mais pas pour les tissus raids.

La première différence de ces 2 machines se situe au niveau de l’entraînement différentiel. La piqueuse plate est dotée d’une rangée de griffes d’entraînement de tissu contre 2 pour la surjeteuse. Ces rangées sont placées à l’avant et à l’arrière.

Les couteaux qui équipent la surjeteuse sont au nombre de 2, inférieur et supérieur. Ils sont là pour que vous puissiez, avant de le surfiler, couper le bord du tissu. Si vous voulez réaliser le flatlock par exemple, vous n’avez qu’à désactiver le couteau supérieur.

Le nombre d’emplacements d’aiguilles que peut posséder une surjeteuse varie de 2 à 5. Une machine à coudre classique ne présente pas cette caractéristique.

Vous pouvez, pour une même couture, utiliser une variété de fils. De plus, la tension de ces fils est réglable séparément.

Enfin, il n’y a que la surjeteuse qui est équipée d’un tendeur. Cette pièce est nécessaire pour réaliser les points qui n’ont besoin que d’un seul boucleur. Nous pouvons citer le surjet à 2 fils par exemple.

 

Si vous voulez encore plus d’informations, vous pouvez toujours lire le guide sur le site Massicots.fr.