Ou acheter la cigarette électronique ?


WASHINGTON — Les entreprises de cigarettes électroniques tentent depuis des années de se refaire une solution de santé publique au tabagisme. La plupart des Américains ne l’achètent pas, suggère une nouvelle enquête des défenseurs de la lutte contre le tabagisme.

Environ 59 % des Américains ont déclaré ne pas croire que l’industrie s’efforce de « faire partie de la solution visant à réduire les effets du tabagisme sur la santé », dans une enquête menée auprès de 1 200 personnes dans le cadre de l’Initiative Truth et partagée exclusivement avec STAT.

A lire aussi : Location de bureaux à Bruxelles : quels intérêts ?

Juul, Vuse, Njoy et d’autres fabricants de cigarettes électroniques insistent depuis longtemps sur le fait que, malgré les préoccupations concernant l’impact de leurs produits sur le taux de tabagisme chez les jeunes, ils demeurent un outil important pour aider les adultes à cesser de fumer.

Ce n’est toujours pas clair si c’est vrai. Les Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine ont déclaré en 2018 que le passage complet des cigarettes combustibles aux cigarettes électroniques minimise l’exposition aux produits chimiques nocifs, mais ils ont également trouvé des « preuves limitées » de l’efficacité de la cigarette électronique en tant que aide au renoncement au tabac.

A lire aussi : Aubagne, la cité de Marcel Pagnol

Des études évaluées par des pairs qui suggèrent que les cigarettes électroniques constituent un outil utile de renoncement ont commencé à émerger, et les grandes entreprises de tabac affirment qu’elles mènent de nombreuses études pour vérifier si leurs produits peuvent être utilisés pour arrêter de fumer. Les entreprises de vapotage prévoient soumettre ces études à la Food and Drug Administration d’ici mai, date à laquelle elles doivent demander l’approbation officielle des organismes de réglementation pour demeurer sur le marché.

L’ industrie a également lancé des campagnes agressives de relations publiques pour se réorganiser comme une solution aux taux élevés de tabagisme. Les PDG d’entreprises ont écrit des articles de loi sur les bienfaits de leurs produits pour la santé et plaidant publiquement auprès des législateurs de ne pas trop réglementer l’industrie. Philip Morris, le fabricant du produit vapeur IQOS, a même lancé une campagne médiatique « unsmoke » plus tôt cette année qui comprenait une chanson écrite par Wyclef Jean.

Toutefois, la nouvelle enquête laisse supposer que les efforts pourraient ne pas donner de résultats.

Au-delà de ceux qui ne croient pas à l’argument de l’industrie, 77 % ont dit avoir une vision « défavorable » de l’industrie de la cigarette électronique, comparativement à 12 % qui avaient un point de vue favorable. C’est seulement 4 points de mieux que le point de vue des intimés à l’égard des compagnies de tabac.

Cinquante-cinq pour cent des répondants estiment également que la réglementation sur les fabricants de cigarettes électroniques est trop faible.

Un éminent défenseur du vapotage n’a pas été complètement surpris par les résultats.

« Depuis ses débuts, l’industrie du vapotage et ses consommateurs adultes ont fait l’objet de campagnes de diffamation de la part de groupes militants et de bureaucrates qui accordent plus d’importance à la prohibition qu’à aider les fumeurs adultes à cesser de fumer », a déclaré Gregory Conley, président de l’American Vaping Association, une organisation de défense des droits de l’homme. « Comme les sondages montrent que la majorité des Américains croient toujours à tort que les produits de vaporisation de la nicotine étaient responsables de maladies et de décès récents liés au THC, il n’est pas surprenant que des chiffres similaires aient des opinions négatives sur l’industrie. »

Conley a ajouté qu’il espère, alors que la FDA commencera à examiner les demandes des sociétés de vaporisation, que « l’opinion publique rattrapera le rattrapage ».

Cigarette électronique pas cher : danger ?

Le doute bien ancré dans l’opinion publique, quant à l’efficacité des cigarettes électroniques dans l’aide à l’arrêt du tabac, amène des questionnements d’ordre pratique. Lorsque l’on songe à donner une chance à la cigarette électronique, vaut il mieux investir dans un modèle au prix élevé ou au contraire, faire l’achat d’une cigarette électronique pas chère ?

Les fabricants de vapoteuses et les grands groupes de l’industrie du tabac, à l’origine de nombreuses campagnes de sensibilisation, mettent en avant les bénéfices de la cigarette électronique avec, notamment, des modèles à bas coût. L’argument principal étant l’accessibilité, l’essai et la longévité, donc les économies qui s’en suivent.

L’accessibilité, grâce à l’option d’achat dans les grands magasins, tels que les supermarchés, les boutiques spécialisées ou même les revendeurs d’électroménager et de multimédia. Si on se demande si la cigarette électronique nous convient, mais que l’on n’a pas envie de passer le pas tout de suite, prenant en compte l’investissement que cela demande, les entreprises de vaporisation ont mis à disposition des consommateurs, des cigarettes électroniques à usage unique, à très bas coup. Et l’argument final, la longévité est avancée dans le cadre de la qualité des matériaux composants les vapoteuses.

Seulement, la plupart des Américains sont concernés par l’impact de ces produits sur leur santé s’ils sautent le pas, surtout ceux à bas coût. Leur inquiétude est légitime, les fabricants ont réalisé des études afin de rassurer les potentiels acheteurs. Les résultats démontrent qu’il n’y a pas de risques accrus pour la santé en fonction du prix de la cigarette électronique choisie.

Si le doute est toujours présent, une bonne solution est de se choisir les composants de la vapoteuse au détail. Ainsi, le consommateur peut faire des économies sur le coût total de la cigarette et être sûr qu’elle réponde parfaitement aux besoins spécifiques de celui-ci. De nombreux sites revendeurs proposent d’ailleurs des pages bon plan matériel cigarette électronique, où l’on peut trouver des prix avantageux.

Magasin ou site internet

Lorsque cette première inquiétude est enrayée, un autre questionnement se forme naturellement : comment choisir sa cigarette électronique ? Plusieurs solutions sont à disposition des futurs vapoteurs.

Ils peuvent, tout d’abord, en parler autour d’eux afin de glaner des informations, des expériences et se forger une première ébauche de ce que serait leur besoin en tant que pratiquant. Suite à cela, s’ils se sentent suffisamment renseignés, ils peuvent se tourner vers les sites internet qui offrent une large sélection de cigarettes électroniques, souvent plus importante qu’en magasin. Le seul désavantage sera sûrement le manque de conseil. Dans le cas inverse, s’ils ne se sentent pas assez confiants pour faire le bon choix, il vaut mieux se tourner vers des boutiques physiques. Les prix sont en général un peu plus élevés, mais ces tarifs sont compensés par l’expertise des vendeurs qui prennent le temps de conseiller le consommateur, de bout en bout quant au fonctionnement de leur cigarette électronique.

Magasin ou site internet, le choix revient au vapoteur selon son besoin personnel.