Calvitie et confiance en soi


homme sans cheveu séduisant

Comme vous le savez, pour avoir en soi, il faut être bien dans sa tête et avec son corps, l’un ne pouvant aller sans l’autre. De nombreux facteurs peuvent jouer sur l’estime et la confiance que l’on peut avoir en soi. Le facteur physique en est un et certaines choses sont plus difficiles à accepter que d’autres.

C’est le cas de la perte de cheveux qui, pour l’homme, est un véritable cauchemar lorsque les premiers signes se manifestent. La chute des cheveux touche des hommes (mais aussi des femmes !) de tout âge…

On constate généralement ce phénomène autour vers 40 – 50 ans, mais il existe également énormément de cas où des jeunes de 18 – 20 ans sont également touchés.

Nous allons parler de cette tranche d’âge et de l’impact que cela peut avoir sur leur moral et leur confiance en eux.

On se sent différent

Premier constant quand on est atteint de calvitie tout juste sortie de l’adolescence : on se sent différent de ses amis. Avoir un souci de perte de cheveux à 40 ans est une chose « normale » puisque 2 hommes sur 3 sont concernés, plus ou moins fortement.

Cependant, il est fort à parier que la personne souffrant d’alopécie a 18 ans, soit le seul touché par ce phénomène dans son groupe d’ami. Mais alors comment réagir et quelles sont les conséquences ? Bien souvent, cela passe par le fait de se priver de faire certaines activités, comme aller se baigner, mettre un casque de moto, faire des parcs d’attractions…

Bref, tout ce qui peut potentiellement décoiffer les cheveux qu’on aura essayés tant bien que mal de coiffer afin de masquer la perte de cheveux. Il est très rare pour un jeune de 18 – 20 ans d’assumer cette calvitie et de prendre l’initiative de se raser la tête.

On a peur du regard des autres et surtout du sexe opposé

La sortie de l’adolescence coïncide généralement avec l’envie d’avoir des conquêtes amoureuses et sexuelles. Cependant quand on souffre si jeune d’alopécie (calvitie), il est difficile d’avoir confiance en soi et d’aller vers la personne qui nous plaît. Que pense-t-elle de moi ? De mes cheveux ? Que va dire ses amis ? Sa famille ?

Beaucoup de questions viennent en tête et auront pour conséquence l’acceptation de cette phrase : « Je ne peux pas lui plaire ».

À partir de là, le jeune souffrant de calvitie va s’auto persuadé qu’il n’est pas attirant et va effectivement le devenir, le pouvoir de séduction venant à 80 % de notre attitude et de l’image qu’elle renvoie.

Source : https://calvitie-solution.com/